Buziness.ca

Virage numérique, une courbe glissante…

Êtes-vous bien chaussé ?

Pour la grande entreprise manufacturière, multinationale ou internationale, le virage numérique a été amorcé il y a déjà quelques années et probablement qu’une équipe entière et compétente a été formée pour piloter le dossier et relever les nombreux défis, avec des prestataires externes et internes, tant sur le plan des RH qu’au niveau TI, que le ERP et le CRM sont bien implantés et les KPI bien suivis.
Au sein d’une multitude de plus petites entreprises, on se demande, parfois, s’il ne faudrait pas former un comité pour essayer de comprendre tous ces acronymes, ces termes anglophones et ce trop vague processus qu’est le « virage numérique ».
C’est à peine caricaturé… posez la question autour de vous : « C’est quoi pour vous le virage numérique ? » Vous n’aurez pas la même réponse si vous parlez à une firme comptable qu’à un entrepreneur général ou à une usine de textile… encore moins à un commerce de détail !
Même les consultants qui affichent leurs services pour aider les entreprises à prendre le « virage numérique » ne peuvent pas couvrir tous les aspects pour tous les champs d’activités. Résultat, il n’existe aucune formule toute faite ni aucune baguette magique, c’est presque du cas par cas, en fonction des besoins et réalités de chaque entreprise, qui n’utilisent pas toutes les technologies de la même façon, n’ont pas toutes les mêmes budgets et encore moins les mêmes objectifs au bout de la grande courbe.
Pour certaines entreprises manufacturières, par exemple, le virage numérique consiste à informatiser chaque poste de travail afin de mieux encadrer et suivre le travail de chaque employé, tout au long de la chaîne de montage. Pour d’autres usines, c’est d’acquérir de nouveaux équipements contrôlés par ordinateur ou même de robotiser la production.
Pour une entreprise de services, par exemple, un des éléments faisant parti du virage numérique pourrait être d’implanter un système de gestion de la relation client (CRM) et un système de gestion des billets de service pour monitorer et optimiser le suivi de chaque dossier pour chaque client, en conserver une trace et pouvoir travailler sur le marketing relationnel sur les différentes plateformes informatiques que sont les courriels, le web et les médias sociaux…
Pour plusieurs entreprises, ça passerait par une refonte de site web, une optimisation pour les moteurs de recherche (SEO), des campagnes de publicité en ligne (PPC), un système d’automatisation des ventes (Sales Funnel ou Marketing Automation), afin de créer ou d’augmenter le flux de prospects qualifiés qui interagissent avec l’entreprise.
Pour beaucoup de commerces et entreprises de services, le moment est peut-être (enfin!) venu d’offrir ses produits et/ou services par le commerce électronique, permettant ainsi à une clientèle nouvelle ou acquise de « magasiner » en ligne. Parmi les nombreuses boutiques en ligne, celles qui ont été conçues depuis plus de 5 ans sont certainement à optimiser, ne serait-ce que pour offrir une expérience utilisateur (UX) plus intuitive, au goût du jour, au moins aussi intéressante que la compétition.
Tant de possibilités… de se perdre !

Un vieux dicton dit que « tous les chemins mènent à Rome »… mais certainement pas au même coût, équipé de la même façon, ni pour la même durée de trajet !

 

Bref, si vous êtes au volant et que vous n’avez pas de GPS pour vous indiquer où, quand et comment prendre votre prochain « virage numérique », demandez conseil à l’équipe de Buziness.ca !

 

Surtout, soyez prudents, pour ne pas déraper 😉
Choisir votre Réaction!
Essential SSL